Home Français Les personnes âgées de santé fragile seront les plus durement touchées par la COVID 19

Les personnes âgées de santé fragile seront les plus durement touchées par la COVID 19

by John Muscedere
muscedere-seniors-with-frailty-will-be-hardest-hit-by-covid-19

Veillez sur les aînés dans votre entourage et aidez-les à se préparer aux conséquences à long terme de la COVID-19

Dans un message à la nation transmis depuis sa résidence d’Ottawa, placée en quarantaine, le premier ministre Justin Trudeau a répété les recommandations des responsables de la santé publique : observez nos consignes et celles des prestataires de soins, pratiquez la distanciation sociale et préparez-vous.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré officiellement que la flambée de COVID‑19 constituait désormais une pandémie mondiale. Les responsables de la santé publique, de concert avec des médias dignes de confiance, nous ont transmis des données et des renseignements essentiels provenant d’« épicentres  » de l’épidémie comme la Chine, la Corée du Sud, l’Iran et l’Italie, sur les personnes les plus à risque de contracter le nouveau virus.

Les médias d’information ont raison de nous rassurer en affirmant que la plupart des individus qui attrapent le virus ne tomberont pas gravement malades. Malgré tout, les 15 % à 20 % qui le deviendront suffisamment pour nécessiter des soins hospitaliers, auront un impact considérable sur les établissements et les unités de soins intensifs, qui sont déjà au maximum de leur capacité ou en surcapacité. Ces services pourraient vite être submergés.

Notre inaptitude à régler la crise qui, nous le savons depuis longtemps, sévit dans le secteur des soins aux personnes âgées, a fait en sorte que nous sommes mal préparés à faire face à la demande en services hospitaliers qu’entraîne une maladie de la gravité de la COVID‑19. Un trop grand nombre d’aînés fragilisés vivent aujourd’hui dans un hôpital en attendant de trouver une place dans un établissement prodiguant des soins de longue durée ou un niveau élevé de soins. C’est pourquoi les responsables de la santé adoptent des politiques qui visent à ralentir la progression du virus et à « aplatir la courbe » de la demande. On espère ainsi éviter un pic soudain, cherchant plutôt à freiner la hausse du nombre de cas de façon à ce que la situation demeure gérable.

Les personnes âgées, notamment celles qui ont des problèmes de santé sous-jacents, souffrent d’une maladie chronique ou sont de santé fragile, courent déjà un risque élevé de subir des répercussions graves même en cas de maladie bénigne ou de blessure mineure. Ce sont elles qui seront les plus durement touchées par la COVID‑19.

Près de 16 % de la population canadienne a plus de 65 ans. Au sein de ce groupe, les individus les plus vulnérables sont les aînés dont la santé est précaire, soit un adulte sur quatre. Après 80 ans, leur proportion grimpe à 50 %.

Il faut absolument prendre conscience de la vulnérabilité de ces personnes. Elles sont la principale raison pour laquelle il est si important de respecter les mesures de confinement actuelles.

Il faudrait voir également à ce que les efforts déployés pour contenir la COVID‑19 n’aient pas une incidence négative sur nos aînés. Les responsables de la santé publique nous conseillent de pratiquer la « distanciation sociale », en évitant les endroits très fréquentés et en limitant les contacts rapprochés superflus. N’oublions pas toutefois que l’isolement est néfaste pour la santé et le bien-être des personnes âgées. La solitude est associée à des problèmes de santé susceptibles d’écourter la vie, comme l’hypertension artérielle, les maladies du cœur, l’obésité et la dépression.

Le temps est venu de veiller sur nos aînés, voisins, proches ou amis, dont la santé est fragile ou qui vivent seuls – mais il faut prendre des précautions. Cela signifie se laver les mains, avoir reçu le vaccin contre la grippe et renoncer aux visites lorsqu’on a été en contact avec un malade ou qu’on montre soi-même des signes de maladie. Et si une personne est en confinement, on peut communiquer avec elle par téléphone ou au moyen d’une application de visioconférence comme FaceTime, Zoom ou Skype.

Il faut aussi aider les personnes âgées qui nous sont chères à anticiper les répercussions à long terme d’une flambée de COVID‑19, en leur proposant par exemple de faire des provisions de nourriture, de médicaments et d’autres articles essentiels.

Enfin, nous devrions réprouver toute remarque du genre : « Ce sont uniquement des vieux qui meurent, on n’y peut rien ». L’âgisme n’a pas sa place au Canada; les personnes âgées ne sont pas une quantité négligeable, mais bien des membres précieux de notre société.

Les moments que nous font vivre la pandémie de COVID‑19 nous font prendre conscience de notre interdépendance les uns envers les autres. Il nous appartient à tous et à toutes de rester informés et d’unir nos efforts pour freiner la propagation du virus. Prendre soin de nos aînés vulnérables en fait partie.

_______________________

Le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées s’est donné pour mission d’améliorer les soins destinés aux aînés de santé fragile ainsi que les services de soutien aux proches et aux prestataires de soins. Pour ce faire, il vise à accroître la détection et l’évaluation de la fragilité, à collecter des données de recherche propres à éclairer la prise de décision, à faire évoluer la prestation des soins, à former la prochaine génération de soignants et à faire participer les personnes âgées et les soignants à ses projets.

La situation entourant la COVID-19 évolue constamment, et les conditions et les réglementations dont il est fait mention ci-dessus peuvent avoir changé depuis la date de publication.

Photo courtesy of Pixabay

Read in English

Print Friendly, PDF & Email
Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International License.

This means that you are free to reprint this article for any non-profit or for-profit purpose, so long as no changes are made, and proper attribution is provided. Please credit the authors and QUOI Media Group when you reprint this content. And if you let us know that you’ve used it, we’ll happily share it widely on our social media channels: quoi@quoimedia.com.

You may also like